Au sujet des partenaires

Une compréhension partagée de l’importance de l’interopérabilité entre les trois services est au centre de la LÉR. Se laissant guider par des valeurs fondamentales communes, les représentants de chaque groupe ont collaboré à l’élaboration de cet outil unique. Les membres du comité technique de la LÉR provenaient de sept associations nationales représentant les policiers, les pompiers et les services médicaux d’urgence et, par conséquent, ils ont apporté une expertise approfondie en la matière lors de la création du contenu et de l’harmonisation des pratiques exemplaires à l’initiative.

Le Centre canadien de recherches policières (CCRP) du RDDC, une composante du Centre des sciences de la sécurité, a agi à titre de partenaire fédéral responsable de mission. Par le biais du CCRP, une charte de projet a été rédigée et soutenue pour obtenir une approbation contractuelle. Par son leadership, le CCRP a surveillé la gestion du projet, la reddition de comptes exigée par l’IRTC, la présentation du projet à toutes les tribunes pertinentes et la diffusion de la LÉR une fois achevée. Un second partenaire fédéral, Recherche et développement de la défense Canada (RDDC) (Suffield), a fourni l’expertise scientifique en matière de CBRNE.

L’Association canadienne de normalisation, maintenant appelée Groupe CSA, par sa participation au projet de la LÉR, a fourni des conseils judicieux et une aide précieuse pour que la LÉR demeure cohérente avec les normes canadiennes et internationales.

Le partenaire industriel à forfait de la LÉR, Patriot CT Services, a agi à titre de facilitateur de projet. Patriot a piloté avec doigté le projet à travers les phases d’intégration de concept, de négociation avec les parties américaines, de création de consensus entre partenaires, de production et de circulation de documents tout en fournissant un soutien administratif et logistique.

S’appuyant sur leurs convictions fondamentales communes qui correspondent à celles de la LÉR, tous les partenaires reconnaissent la valeur des capacités complémentaires et de l’approche « tous risques » tout en vivant avec les impératifs de mettre en priorité des ressources limitées. Ils comprennent que même si l’attribution des fonds s’accomplit selon les évaluations des menaces, de la vulnérabilité et des risques, les sommes d’argent peuvent être dépensées plus efficacement et avoir un meilleur impact. La coopération et la coordination multiorganisme, tellement essentielles au succès, ont soutenu tous les efforts de la LÉR.​